logo reportage

L’or noir de Madagascar

On l’appelle l’or noir de Madagascar. La vanille de l’île rouge est exportée dans le monde entier. Le processus est long, fastidieux et de nombreux acteurs interviennent dans sa fabrication avant que les gousses ne se retrouvent dans nos cuisines et nos parfums. On prête également à la précieuse épice de nombreux bienfaits sur notre santé. La région de la SAVA (Sambava - Antalaha - Vohémar - Andapa) produit du riz, du café, des épices, (poivre, girofle, curcuma, gingembre) des noix de coco, et profusion de vergers (mangues, litchees, ananas, bananes) mais elle est surtout reconnue comme capitale mondiale de la vanille. Le travail de la vanille fait vivre plus de 80 000 agriculteurs sur l’ile pour un salaire d’environ 5000 U.S. dollars par an. Les gousses peuvent être très différentes les unes des autres. La couleur, la taille, les textures, les arômes, leur potentiel de maturation, autant de données qui détermineront leur valeur lors de l’exportation. La vanille « Black Japan » est la plus rare et la plus chère. Elle peut atteindre 800 U.S. Dollars pour un kilo. La plus vendue est la « Gourmet » la meilleure pour les utilisations culinaires. Les plus beaux produits font entre quinze et dix-huit centimètres, d’un noir brillant et profond et ne sont pas fendus. Les lots les moins qualitatifs seront quant à eux destinés à l’industrie d’extraction, vendues en vrac. Les grains de vanille souvent délaissés dans le processus de maturation remportent depuis peu un certain engouement auprès des cuisiniers mais leur utilisation reste purement visuelle et leur récolte difficile. L’une des plus grandes entreprises du pays achète des lots de gousses de vanille proposés par les planteurs, les sélectionne, les traite, et les fait maturer avant la sélection definitive et l’expédition aux quatre coins de la planète.


play icon

Présentation du Collectif DR

arrow-up icon arrow-up icon