logo reportage
par

A la veille du reconfinement national annoncé en France le 28 octobre 2020, c’est toute la faune nocturne qui est mis en suspens. Pendant toute la durée du confinement et du couvre-feu, les ravers (surnom donné à la communauté ardente de free-party) ont cherché à se réapproprier leur indépendance en laissant régner l’anarchie du désir. La menace constante des interventions de police n’est pas parvenue à stopper l’envie de vivre. Des soirées clandestines ont été organisées en Ile de France et dans la capitale dans un réseau confidentiel et très privé afin de réinventer un monde qui était éteint, alimenté par la peur de mourir. Pendant huit mois, le temps s’est perdu dans un espace de corps et de sensations sans fin jusqu’à ce que le jour se lève. Photos et texte : Andréa Sena


play icon

Présentation du Collectif DR

arrow-up icon arrow-up icon