Les Bacchantes, une course à poils contre le cancer de la prostate
Image Les Bacchantes, une course à poils contre le cancer de la prostate
heart interface icon1

Les Bacchantes, une course à poils contre le cancer de la prostate


cancer course les bacchantes prostate Reims

Le 26 septembre 2021, la délégation rémoise de l’association nationale « Les Bacchantes » (http://lesbacchantes.org/) a organisé la 5ème édition, éponyme, de cette course aux apparences décalées. Port de la moustache obligatoire, hommes mais aussi femmes ont parcouru les huit kilomètres dans la ville de Reims. L’épreuve est une façon humoristique de sensibiliser le public à la première cause de mortalité par cancer chez les hommes de plus de 50 ans, celui de la prostate.

"Une course pas sérieuse pour une cause sérieuse », tel est le slogan de la course "Les Bacchantes" organisée le 26 septembre 2021 à Reims. La finalité de cette manifestation sportive est de vulgariser, avec humour, l’intérêt des diagnostics contre le cancer de la prostate. Les recettes des inscriptions sont versés aux unités médicales locales et la seule tenue correcte exigée lors de cet événement de soutien est le port de la moustache, avec déguisement si affinité.
Près de quatre-vingt bénévoles se sont occupés de la bonne marche de cette manifestation, qui a réuni 500 coureurs.

Départ de la course "Les Bacchantes 2021"


«  C’est notre première participation, nous avons déjà couru d’autres courses similaires. Nous n’avons pas la prétention de réaliser des performances, alors nous venons nous amuser pour la bonne cause », commente Vanessa en lissant son postiche.

"Les Bacchantes" édition 2021- Reims


Pour d’autres, c’est un lien familial qui les réunis et toujours cet esprit de participer avec humour. «  On aime la dérision, le burlesque, ici, c’est la deuxième fois et nous sommes ravis d’être utiles !  », affirme Julie accompagné de son cousin Yoan.

"Les Bacchantes" édition 2021- Reims


Pas de limite d’âge, à 83 ans, Nelly participe à son rythme. «  A mon âge, je ne vais pas me mettre la pression,..je marche tout simplement,.. », confie l’octogénaire moustachue.

"Les Bacchantes" édition 2021- Reims

Se faire diagnostiquer dès cinquante ans
Le cancer de la prostate est la première cause de décès pour les hommes de plus de 50 ans. Le docteur Thomas Ripert, chirurgien urologue à la polyclinique de Reims-Bezannes rappelle les chiffres : «  chaque année, 50 000 nouveaux cas sont détectés, entraînant 8 500 décès  ». Aucun symptôme ne permet de déterminer une présence maligne. Pour l’urologue, «  Il ne faut pas avoir peur d’un cancer de la prostate où les traitements sont adaptés selon la gravité ! Il faut plutôt avoir peur d’un cancer non diagnostiqué !  »
.
Le premier objectif est de décomplexer les hommes à parler d’un sujet qui les concerne. «  L’enjeu des courses Les Bacchantes est de faire prendre conscience de la maladie éventuelle. Plus précoce est le diagnostic, plus le traitement est aisé  » , explique Thomas Ripert. «  Malheureusement, les moyens à disposition sont encore peu fiables, ils doivent être combinés », poursuit l’urologue. En fonction du niveau de suspicion, les médecins ont recours, en complément, à l’imagerie numérique qui jusqu’ici apportait une aide encore perfectible.

L’espoir de l’imagerie 3D

Depuis 5 ans, « les Bacchantes » de Reims ont reversé 57 750 € à l’unité médicale de la clinique. Ce don a permis de compléter l’autofinancement d’un appareil de diagnostic à imagerie 3D coûtant 120 000 euros.

Outil de diagnostic du cancer de la prostate Prostate Cancer Diagnostic (...)

«  Le bénéfice de cet appareil est la précision d’intervention. Les biopsies sont plus dirigées et mieux contrôlées. C’est un confort pour tout le monde, patients et médecins  », confie le chirurgien, "et encore plus efficace si le diagnostic se fait tôt.

Texte et photos :JM Leclère

Voir en ligne : moustaches-fausses-moustaches-une-m...



Autres Articles

play icon

Présentation du Collectif DR

arrow-up icon arrow-up icon