logo album

L’Enclave : plongée dans les territoires séparatistes ukrainiens

par William Keo

Partager:

Ukraine - septembre 2018. La ville de Donetsk est un lieu où rien ne semble se passer. Le gouvernement au pouvoir tente de maintenir une société civilisée dans un contexte de guerre. Les cafés restent ouverts, la vie semble normale dans un contexte anormal.
En 2014, suite aux manifestations anti-Maidan, la guerre du Donbass éclate en Ukraine entre le gouvernement et les séparatistes. Ces derniers craignent de perdre leur identité et que leurs vies soient menacées. Les Ukrainiens de leur côté, voient l’ombre du voisin russe planer sur eux et souhaitent aujourd’hui s’en détacher. Nostalgiques de l’ère soviétique, les séparatistes ont autoproclamé un état sécessionniste dans le Donbass : la République populaire de Donetsk (DPR) et déclarée cette ville de près d’un million d’habitants comme nouvelle capitale.
Gelée par les accords de Minsk en 2015, la guerre du Donbass est un des derniers conflits ouverts d’Europe. Il a fait au moins 13 000 morts et provoqué le déplacement interne de plus de 1 400 000 personnes.
Afin de construire leur histoire et ses mythes, les séparatistes réécrivent les manuels scolaires et célèbrent les héros communistes de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux parallèles sont établis entre le conflit du XXe siècle et la guerre dans le Donbass où les Ukrainiens sont considérés comme des nazis et les séparatistes comme des héros de l’URSS.
Pour les journalistes, l’accès aux zones de combat se fait sous la surveillance d’un garde du corps qui contrôle toute production de photographies et d’interviews. Le soft power et le hard power exercent leur influence à la perfection dans cette partie du monde.
L’Enclave est un voyage à travers ce territoire bercé par la nostalgie de l’URSS et la quête de l’indépendance.

play icon

Présentation du Collectif DR

arrow-up icon arrow-up icon